J’ai testé pour vous : Passer un CAP Cuisine !

Il y a quelques mois j’ai décidé de m’inscrire aux cours de cuisine pour adultes de la mairie de Paris. Parce que j’adore cuisiner et que j’avais envie d’apprendre les gestes professionnels. Les techniques. Avec un prof pour m’aiguiller. Et du coup, j’avais la possibilité de passer le CAP cuisine à la fin de l’année.

Why Not ?

Jeudi je me suis donc retrouvée à passer l’épreuve pratique de cuisine.
4h30. Moi. Les fourneaux. 10 autres candidats et le jury. Un peu comme Top Chef quoi.
Mon ressenti à chaud est que c’était juste atroce. Toute cette pression pendant ce temps si long et à la fois si court pour réaliser les deux recettes.

Je devais cuisiner un Veau Marengo avec une purée et des choux à la chantilly. En voyant le sujet, sur le coup j’ai pensé « OUF ». La pâte à choux c’est mon dada. Et le Veau Marengo c’est vachement moins compliqué qu’une volaille à découper ou qu’un poisson à habiller.

Le problème c’est qu’on est pas seulement jugé sur le plat que l’on vient d’envoyer et sa réussite (ou non). On est jugé sur les heures que l’on a passé en cuisine. Notre organisation, notre technique, tout est passé à la loupe du jury qui passe (très) souvent derrière votre épaule. Et le résultat : c’est hyper stressant.

Rien ne se passe comme chez vous ou comme en cours. Votre superbe organisation devient un « vrai bordel organisé » d’après l’un des chefs qui commentait mon plan de travail avec sa collègue.
Et là vous sentez un peu la différence entre vous et ceux qui ont vraiment pris des cours à temps plein. Parce qu’ils maîtrisent vachement mieux l’espace, le matériel, tout quoi. J’ai eu très rapidement l’impression d’être une touriste sous pression pour la première fois.

Il y a des choses que je savais faire, d’autres que je devinais avec la liste des ingrédients. Vous n’avez que très peu, voir pas, d’indications sur comment effectuer la recette. On peut vous dire par exemple d’effectuer un roux à brun, mais si vous ne savez pas ce que ça veut dire… Vous mettre la farine dans les ingrédients, mais si vous n’en déduisez pas qu’il faut singer la viande…

Bref c’est un plat que je n’avais jamais fait, mais que je pouvais faire sans trop de problèmes. Sauf que observée par un jury, j’ai un peu perdu mes moyens…

Les préliminaires pour commencer. Éplucher, tailler, débarrasser, bref s’organiser c’était un peu chaotique. Y’en avait un peu partout.
« Vous êtes certaine de devoir émincer les oignons pour cette recette ? » Bah non je suis pas certaine m’enfin après avoir mijoté 2h ce sera plus bien grave … Bon ok je les réduis en petits morceaux.
« Vous avez coupé les champignons en tranches ? » Bah euh… Y’a écrit escalopez les champignons alors… « Mmm mmm ». Phoque tant pis.

La gestion de la cuisson ensuite, très compliqué quand on essaye d’être au four et au moulin avec les chefs derrière qui vous font limite passer un oral en même temps. Si bien que vous stressez, vous doutez, vous ne savez plus si vous faites correctement les choses. Toutes ces questions, auxquels les autres candidats répondent « OUI CHEF ! » alors que moi je me contentais de leur faire un sourire.

Mon Veau Marengo au four, j’ai pu souffler… 30 secondes ! C’est devenu de plus en plus la cata. Moi la championne (au moins) de la pâte à choux, je l’ai ratée. Un gros fail que j’ai décelé avant même d’avoir mis le 2ème œuf. Sauf que pour la refaire il fallait demander de nouveau les ingrédients au chef, et donc faire constater qu’on l’avait ratée. Suite à quoi j’ai eu le droit à un interrogatoire sur la quantité d’ingrédients. J’avais tout bon. Sauf que dans mon cul de poule, elle était nulle ma pâte et pas question que je fasse des choux qui seront moche et degueu avec cette pâte. La deuxième fois, elle était parfaite.

Sauf qu’entre temps j’ai perdu ma concentration, le peu d’organisation que j’avais et le peu de confiance en moi . Je me suis donc pris un gros tacle par un chef.

Ma faute ? Avoir appuyé avec mon index sur la pointe des choux au lieu d’utiliser une fourchette. « C’est pas hygiénique si vous étiez dans mon restaurant ça ne se passerait pas comme ça ! ». Et là tu as envie de hurler que de toute façon TU VEUX PAS TRAVAILLER DANS UN RESTAURANT ET DIRE OUI CHEF ! Tu veux juste t’amuser un peu et finalement c’est pas drôle du tout ! Mais tu ne dis rien. Tu baisses les yeux de panda pour qu’il termine vite son sermon et que tu retournes à tes fourneaux.

Mes choux étaient beaux, certains candidats ont sorti du four des choux plats, un chef a même qualifié une plaque de « tropézienne ». Mais il fallait encore faire la chantilly. Je cherche mon fouet dans ma mallette et je m’empale le doigt sur un couteau. Je ne sens rien, mais comme c’est la pointe du doigt ça pisse le sang.

 » Y’a numéro 3 qui pisse le sang ! Un pansement » Ça va ça va t’es pas obligé de gueuler René…

Je cherche des yeux le robot, le Kitchen Aid quoi. Et je visualise bien qu’il n’y en a pas. Et que mes bras en mousse et moi on va devoir monter 1L de chantilly à la main. Alors que j’ai déjà perdu mon bras sur la pâte à choux. Un chef me dit « utilisez votre bras gauche ». Mais je ne sais pas me servir de mon bras gauche, je n’arrive pas à touiller. Alors je me fusille le bras droit. « Tant pis pour elle » lui répondra un autre. Tsss.

Ma chantilly est belle, je suis contente, mais il faut dresser.

Et aucune idée de la façon dont on dresse ici, alors j’improvise, dans le doute… Il faut envoyer le plat. Je souffle et dresse mes choux.

Et là je constate que vu la quantité de chantilly qu’il fallait faire et le nombre de choux qu’il fallait dresser, y’en a juste trop. Mais genre 3/4 de trop. J’ai les boules, parce que rien que la moitié de chantilly à la main ça aurait quand même été plus simple que tout ce gâchis. Et surtout parce que ça va aller à la poubelle.

Je souffle aussi parce que les chefs goûtent de l’autre côté et en attendant on a la paix, ça fait du bien. Mes choux partent. Et là je me rends compte que pour singer mon veau j’ai mis du sucre glace et pas de la farine. Tant pis ça donnera une petite note sucrée hein, on en est plus là.

Je range mon plan de travail. Je nettoie.

C’est le moment de passer un oral de 10 minutes. 5 minutes pour moi. Il faut dire que mon non projet de travailler en cuisine ne devait pas être passionnant pour le jury.

Je reviens en cuisine et termine de nettoyer ma petite place. J’ai qu’une envie : rentrer chez moi. Je suis fatiguée, j’ai les pieds en bouillis. Je me suis coupée, brûlée. Bref, je veux mon canapé. J’ai les larmes aux yeux, parce que vraiment mentalement et physiquement je n’en peux plus.

Mais non non non, je découvre que personne n’a pitié de toi après un examen de cuisine. Tu dois récurer le sol, les grilles, tout tout tout. Enfin « tu » , parce que les autres branlent rien et que toi moralement tu vas t’asseoir sur la raclette si tu ne sors pas de là très vite. Alors je me suis activée. Plus que les autres mais parce que j’avais certainement plus envie que les autres de me barrer loin loin loin.

Je suis sortie de là dessécher (on avait pas de bouteilles d’eau et boire au robinet ça doit pas être hygiénique non plus HEIN). Et assez éprouvée. Je ne m’attendais pas à ça. A toute cette pression. A la ressentir surtout puisque j’étais là « pour le fun ».

Alors peut-être qu’avec le recul, ça me fera plaisir de repenser à cela. Peut-être que je vais l’avoir ce CAP, peut-être qu’un jour ça me servira à montrer que quand j’aime quelque chose je vais jusqu’à passer un diplôme pour le fun.

Mais aujourd’hui je suis juste déçue. Pas de mes plats au final. Mais des 5h de stress.

Ce qui est certain, c’est que je me suis bien rendue compte que bosser en cuisine ce n’était pas fait pour moi. Que le jury qui te bouscule c’est plus marrant quand on le regarde depuis sa télé.Que ni hier, ni demain, je ne serais capable de dire OUI CHEF sans me sentir soumise et plus bas que merdique. Car non, pas une seule fois en 5h je n’ai réussi à dire OUI CHEF, ou MERCI CHEF (parce que c’est plus drôle si tu le dis bien fort apparemment).
Question de fierté (mal placée ?) peut-être.

En tout cas, un doigt et une cloque plus tard je suis quand même en vie, et je vais quand même passer les 2 écrits histoire de. Histoire de pas abandonner quoi.Ce qui est certain aussi, c’est que la pression ne m’aide pas, mais alors pas du tout. Ce n’est pas en me mettant la pression que je fais mieux. Au contraire.

Comme disait mon prof de cuisine, le jour de l’examen on est qu’à 50% de ses capacités.

OUI CHEF !

46 commentaires sur “J’ai testé pour vous : Passer un CAP Cuisine !

  1. Des barres cet article, je me suis bien marrée !
    Rien qu’a t’imaginer te faire engueuler par le chef, morte de rire, j’sais pas ca me rappelle des souvenirs de collège. Donc je pense que la ca t’a saoulée mais dans peu de temps tu en rigoleras 😉

  2. waaaouwwww enfin un article qui reflète vraiment la réalité 😉
    je fais comme toi, j’adore la cuisine et je vais faire une formation de 9 mois et passé mon cap en janvier 2014 et j’avoue que c’est ce qu’il me fait le plus flipper, c’est que je suis hyper indépendante et la pression des chefs, je pense que je vais avoir du mal à la supporter.
    merci en tout cas pour ce bon moment de lecture

    • Il faut se blinder un maximum et essayer d’oublier qu’ils sont là. Moi y’avait un nombre assez conséquent d’examinateurs ce jour là mais c’est pas toujours le cas.

      • merci pour ta réponse, je suis à la moitié de ma formation et déjà je me sens beaucoup plus préparé meme si je confirme, la pression des chefs, ce n’est pas fait pour moi lolll. j’ai un examen blanc dans 2 semaines et je sens que çà va etre loin d’etre une promenade de santé ;))

        • ne pas oublier le jour de l’exam on est qu’à 50% de ses capacités. Alors on respire, on essaie d’oublier les yeux qui nous scrutent et on s’accorde le droit de réfléchir ne serait-ce que deux minutes. :)

          • Oui c est sur, notre responsable n arrête pas de nous dire de prendre 15 minutes pour faire la fiche de progression avant de commencer et un point de 5 minutes a la moitié du temps. Toi sinon tu en es ou?

  3. arf ! merci j’y etais qu’est ce qu’on a rie et en meme temps ressentie ton calvaire . Alors merci parce que tu as visée juste. on pense mijoté un bon petit plat et on oublie les  » chef oui chef  » et les pressions gratos et autres souffrances inutiles , je vais refélchir du coup

  4. bonjour mon frère passe son CAP en candidat libre et il est tr-ès embété pour l’histoire et la géo il ne sait pas comment ariculer tout cela. pouvez vous me montrer votre modèle afin que je puisse l’aider.
    merci

    • Bonjour Gaelle, je n’ai pas eu à passer cette épreuve étant donné que j’avais déjà un bac +3. Je l’ai passé en candidat libre et uniquement les épreuves pratiques.

  5. J’ai passé mon CAP/BEP cuisine il y a 22 ans et j’étais dans le même stress que toi sauf que j’avais eu l’enseignement de l’école hôtelière et j’ai passé l’examen dans la cuisine ou j’apprenais!! donc plus simple!
    Aujourd’hui je suis formatrice en cuisine dans un CFA et je prépare les examens blancs pour les apprentis, je vois bien comment ça va se passer pour eux, le stress… J’essaye au mieux de leur donner toutes les clés mais bien sûr je ne peux pas faire à leur place. J’ai déja été jury d’examen et j’avoue que lorsque je vois quelqu’un partir sur le mauvais chemin je trouve important de l’arrêter et de le remettre dans les rails! un petit détail peut tout changer! Je fais ça car je sais ce que ça fait et j’aimerai bien que les autres jurys fassent la même chose! Bref je ne sais pas si tu as eu ton examen mais en tout cas chapeau d’avoir essayé et ton analyse est plus que juste. J’avoue, j’ai pleuré de rire!
    Bonne continuation à toi, éclates toi dans ta cuisine, fais toi plaisir et fais plaisir! Si un jour tu as besoin de conseils ou d’un cours… ce serait avec plaisir! Et pas besoin de m’appeler CHEF!

  6. Merci pour ce résumé de l’examen. J’ai passé le CAP Pâtissier l’an passé et cette année je tente le CAP cuisinier.
    ce qui est amusant avec ce que tu racontes, c’est que j’ai croisé beaucoup de candidats libres dans le même esprit, qui ne s’attendent pas aux contraintes profesionnelles. C’est la raison pour laquelle l’an passé et de nouveau cette année je suis une formation en cours du soir. non pas pour les techniques que je connais, mais pour acquérir les gestes profesionnels, celles qui éviteront certaines critiques par le jury, et surtout les contraintes de cuisine.
    Beaucoup n’ont pas conscience que c’est un examen pro qui améne in fine à travailler en cuisine ou labo… et oui, dans le temsp de l’examen on nettoye le labo. Je me souviens qu’ayant fini dans les temps, j’ai lavé le labo avec les jeunes… pendant que les 2 autres candidats se faisaient quasi arrosé parce qu’ils n’avaient pas finis assezvite ou même ne daignaient pas participer au lavage ! Moi, ça m’a servi car les profs ont été plus cool, et les éléves m’ont même aidé. Mais apparemment en cuisine c’est moins solidaire.
    Merci de ton billet, qui me montre que les conditions d’examens seront les mêmes que le CAP Pat.
    et surtout félicitation de l’avoir tenté (je n’ai pas vu tes résultats tombées sur ton blog par hasard mais je suis sûre in fine que ça c’est bien passé)

  7. Je le passe là en juin, autant dire demain et je ne suis pas prête mais pas prête et encore moins à dire Oui Chef. Mais je prends des cours dans un CFA et les petits jeunes et le chef sont très sympas avec moi. Par contre, lors de l’examen blanc la pression, pareil, un doigt qui pisse le sang emballé dans un bout de papier et du scello, histoire de pas me faire repérer, bien sûr ça s’est infecté après et un poisson froid mais avec une cuisson parfaite, paraît-il. On va bien voir le jour de l’examen. En tout cas, merci pour ton compte rendu et j’avoue avoir bien ri, avec un peu d’angoisse quand même.

    • Aujourd’hui, moi aussi je ça me fait rire, le genre d’anecdotes que tu racontes en repas de famille. Sur le coup j’avais, mais vraiment, envie de pleurer comme un bébé. Mais je ne suis pas très résistante au stress il faut croire… du moins si, j’ai résisté pendant toute l’épreuve, mais en sortant de là j’étais vidée :)

  8. Merci pour ce partage d’expérience! J’ai beaucoup ri..
    Tu as beaucoup de chance en même temps d’avoir pu passer le CAP.
    Moi j’ai tout essayé pour le préparer: les CFA, greta,afpa, sepr etc..
    Et comme je suis en congé formation de l’éducation nationale et que je ne peux payer que les cours techniques personne ne me veut

  9. Bonjour,j,ai été retenue a passer le teste d,évaluation et je voudrais avoir une idee des cours. Mercie de me répondre sur ma boite mail. avognonjudicaelle @yahoo.fr

  10. Bonjour,
    Merci pour ton article, ça change de celles qui disent que tout s’est bien passé et j’ai bien ri aussi 😉
    Je le prépare en candidat libre pour juin 2015 et j’avais quelques questions: on ne nous donne pas les proportions pour les ingrédients, c’est ça? Comment ça se passe? On a les grandes lignes, puis les ingrédients sans les quantités? Et en quoi consiste la partie orale? On doit présenter un projet professionnel?
    Merci pour ton aide!

    si ça te dit de venir jeter un coup d’oeil, voici mon blog sur la préparation du cap cuisine en candidat libre: http://jepreparemoncapcuisine.wordpress.com/

    • Bonjour,
      Merci :) Alors si j’avais les quantités des ingrédients puisque tu n’as sur ton plan de travail que ce dont tu as besoin pour la recette. Mais le déroulé de la recette est sommaire. Pour ma recette il y avait par exemple faire un roux. Si tu ne sais pas ce que ça veut dire bah… t’es dans le caca. Singer la viande, escalopez des champignons etc. Donc voilà on va te donner les grandes lignes mais il faut connaître le vocabulaire et les techniques. Pour la pâte à choux en revanche je n’avais que les quantités, il faut savoir faire la pâte toute seule.
      Pour l’oral c’est un peu compliqué de t’aider, moi j’ai présenté une recette que j’aime bien mais comme j’avais pas de projets pro… c’était un peu freestyle 😀

  11. Merci pour votre blog, j’ai passé le CAP MM Vêtement flou en candidate libre (sans être de la profession). Et l’épreuve pratique était un peu comme cela, les profs qui vous tournent autour, leur discussion… Mais j’ai eu aussi de la chance, elles m’ont appris certaines choses (planter les épingles dans le tissu, …). Mes notes n’en ont pas souffert pour autant (j’avais aussi prévu des sparadraps en cs de piqûre our ne pas tacher les tissus).
    J’ai passé aussi un bon moment à vous lire, j’adore cuisiner (la vaisselle moins mais bon elle est là et doit disparaître avant le plat suivant) pour ma famille, mes amis… et mon fils de 15 ans vient d’intégrer le CAP (actuellement en stage). Donc je suis d’autant plus concerné par le sujet. Il m’en a déjà appris : les champignons escalopés. Il m’a fait découvrir un livre que tout le monde devrait avoir dans sa bibliothèque : « la cuisine de référence » (je pense qu’il y en a d’autres mais celui là est déjà très bien)
    De plus j’avais déjà fait des recherches pour le passer en candidate libre, mais vu la MASSE DE TRAVAIL à fournir, j’ai laissé ce projet dans un petit coin de ma tête.
    Il est judicieux de préparer le CAP en candidat libre sur deux ans car il faut du temps pour tout travailler, apprendre le vocabulaire de base, même si on « sort » des plats cela à un coût.
    Quel bonheur quand on réussit, n’est-ce pas !

  12. Bonjour ,

    J’ai vraiment beaucoup ri en lisant votre article . Je pense que si vous ne faites pas carrière dans la cuisine , vous pourriez vous orientez dans le comique voire le one-woman show . C’est excellent . Et même temps c’est rassurant quelque part .
    Car j’ai 46 ans et suis en pleine reconversion professionnelle . En septembre 2015 j’ai commencé un stage de 10 mois ( dans un CFA OUI OUI ! ) avec les mômes de 15/16 ans , la récré et les profs de HA , de PSE et de CEEJ ( en clair , Science-Nat et Compta ) et tout et tout … .
    On est plusieurs adultes dans ma classe ( lol ) et évidemment on est comme tout le monde un peu stressé à l’avance de l’examen final . Mais quand je vais leur faire lire ça … Je m’en délecte déjà , comme un merveilleux gâteau au chocolat .
    Ceci dit , pour les autres surtout les candidats libres , prenez le temps de lire plusieurs corrigés de sujet au CAP CUISINE , ça aide bien surtout à relever les termes techniques .

  13. Merci pour ce grand fou-rire! je suis toujours autant terrorisée, voir encore plus, à l’idée de vivre quelque chose d’assez identique, ayant pour ma part beaucoup de difficulté à dire « oui chef » ne voulant en aucun cas travailler dans une brigade comme un bon petit soldat, n’ayant que pour unique but d’avoir mon propre food-truck et ma liberté créative.Cependant, rassurée aussi, car l’humour apporté à ce témoignage, permet de relativiser quelque peu 😉 Je passe le CAP en formation adulte sur 1 an de stage mi temps école des métiers et mi temps restaurant, mais quand je lis le livre « la cuisine de référence », je réalise bien que je ne vais pas pouvoir tout intégrer en seulement 9 mois, sachant qu’en journée au restaurant nous travaillons seulement la carte donc toujours les mêmes choses et qu’a l’école nous avançons comme des escargots et que j’ai toute la première année à rattraper avec des profs qui s’en foutent de « nous, les adultes », on nous prend pour des touristes et du coup, les profs ne prennent ni le temps de nous rassurer, ni de nous guider pour nous permettre de rattraper nos lacunes, bien au contraire, ils nous découragent et nous balancent à tours de bras de petites phrases acides du type « c’est pas la bonne technique! vous avez vu ça sur marmiton ou quoi? » ou encore « on est pas à top chef ici! » nous assignant d’office l’image de touriste ou de ménagère de moins de 50 ans qui s’ennuie et qui est prise d’une soudaine lubie qui lui passera comme une envie de pisser… non les profs ne nous accordent aucun crédit, seuls les jeunes élèves nous aident :/ C’est très démotivant et démoralisant, j’ai du attendre l’age de 43 ans pour pouvoir enfin faire cet apprentissage car ma fille est enfin assez grande pour voler de ses propres ailes, je voulais faire ce métier à 16 ans mais mon père ma collé 2 baffes et m’a dit: « tu passeras ton bac ma fille et tu feras des études « normales »; résultat, j’ai un bac +5 qui ne me sert a rien dans un domaine qui ne m’intéresse pas et j’ai tout à recommencer à zéro. Je pensais naïvement que maintenant adulte mon rapport à l’autorité et aux profs serait différent et qu’enfin j’irais à l’école le sourire aux lèvres, mais me voilà obligée de ronger mon frein pour ne pas moucher les-dits profs condescendants qui me toisent en me sortant des sentences citronnées du types « Il n’est pas un peu tard pour vous y mettre? » ou encore « vous savez c’est un métier dur vous n’aurez peut-être pas l’endurance physique », ou mieux ceux qui vous considèrent d’office comme des cas sociaux et vous parlent limite petit nègre (ben oui vous avez plus de 40 ans, vous êtes en formation cap cuisine adulte, payé par pole emploi donc vous êtes un « cassoce » cqfd….) Bref merci pour ce clin d’œil qui remet les choses à leur juste place et rend le sujet un brin léger! 😉

    • Allez courage, très honnêtement, avec le recul, je m’amuse de cette journée de souffrances. Je pourrais retoucher le texte, et vous dire qu’avec le temps on en rigole beaucoup. Mais je préfère laisser mon impression à chaud. Parce que c’est plus honnête comme ça.

      Vous savez j’ai pris au final un cours de 3h par semaine et j’ai eu mon CAP. Alors ne vous stressez pas trop, ce n’est pas trop difficile quand on est passionné 😉

  14. Franchement j’ai bien rigolé mais vraiment drôle je comprend la pression que tu as eu, j’ai mon fils qui passe cette année à Val de Reui (27) son CAP Cuisine, pendant 2 années pas de cadeau de son Chef, de la méprise même je comprend pas comment il fait pour tenir, je l’aurai scalper si c’était moi, cela ne sert a rien de mettre la pression de cette façon a part les dégoûtées. Bref merci à toi pour ce moment de plaisirs et plein de bonnes choses.
    Et bonne chance à mon fils.

  15. bonjour
    j’ai EXACTEMENT ressenti ce que tu décris
    je n’ai fait aucune formation, juste moi dans ma cuisine avec mes bouquins, et 4 jours dans un restaurant d’un ami.
    je viens de vivre un véritable traumatisme, mon dieu je n’imaginais pas à quel point je pouvais stresser..
    les cuisines des écoles hôtelières sont très mal équipées, faut pleurer pour avoir le matériel, qui est très mal adapté
    comme toi je me disais qu’il fallait que je m’organise, mais je n’ai jamais pu.. c’était juste une horreur
    j’étais seule candidate libre, et cette impression de se demander ce que je fouttais là m’a envahie tout au long de l’épreuve
    par contre le jury a été super sympa, et je pense que c’était parce que j’étais en candidat libre, parce que mes ptits voisins à coté, ils ont tous eu droit à des remarques très désobligeantes..
    j’ai eu pavé de saumon dugléré et tarte aux pommes, hyper facile, oué mais non, lol, panique tout de meme…

    bref,
    si c’était à refaire, je me demande si je le referais..
    moi qui m’étais blindée, préparée comme jamais..
    il me reste l’écrit à passer en juin
    je vais bien bosser ca
    qui sait, peut être j’arriverai à le décrocher ce CAP juste pour le « plaisir » car ne compte pas m’en servir
    je suis cinglée hein ?

    • Bonjour Béa,
      Bon courage!
      Moi aussi, je passe examens écrits en juin.
      J’ai fait l’anglais le 3 juin et mathématiques, français , pse le 8 juin et technologie culinaires le 9 juin, après c’est fini.

  16. Ahah, je passe demain et à te lire ca met grave la pression, surtout que je ne suis pas du tout prête mais bon faut tenter et surtout prendre du recul (si possible!)

  17. Moi, j’ai eu les jurys sont très très gentils, toujours rester à côté pour nous aider à chercher quelque chose qui manque.
    J’ai eu de la chance aussi d’être tombée sur un sujet que je connais bien, mais avec le stress, j’ai oublié un petit peu quand-même.
    Mais je me suis débrouillée beaucoup mieux que à l’école.
    J’ai fini 1h15 avant la fin que c’est pas le cas à l’école car on avait seulement 3h pour le TP.
    J’étais très contente de ce que j’ai fait.

  18. Bonjour,
    Je me suis inscrite pour passer le CAP Cuisine en 2017 en candidat libre sans suivre de formation !!! A t’on le droit de prendre un aide-mémoire, style bloc note avec des recettes de base, pendant l’épreuve pratique ?
    D’avance merci

    • Et non, vous n’aurez le droit à vos notes que pour l’oral où vous devez présenter une fiche technique (enfin c’était le cas quand je l’ai passé). Mais pour l’épreuve pratique vous n’avez le droit qu’à votre matériel ! Bonne chance !

  19. Bonjour Delphine !

    Bravo pour votre courage ! Je suis une maman de 41 ans et en pleine reconversion pro… 11 ans dans l’Education Nationale et je me suis rendue compte que je voulais « redonner l’envie de goûter » aux enfants des restaurants scolaires…..Donc depuis 4 ans je travaille dans un collège en temps qu’agent technique, et mon projet professionnel cette année est de passer ce fameux CAP ! Titulaire d’un BAC et d’un Niveau BTS, Est-ce que je ne passe que l’épreuve technique et l’entretien après, ou il y a d’autres épreuves ?
    Quel matériel faut-il pour le jour J ?
    L’inscription à l’examen se fait combien de temps à l’avance ?
    Beaucoup de questions auxquelles j’espère tu pourras répondre….
    Merci en tout cas de nous faire partager ton expérience !
    A très vite !

    • Bonjour Stéphanie, vous aurez 2 épreuves écrites et l’épreuve pratique. Les épreuves écrites sont sur la cuisine. j’avoue que ça commence à faire un peu loin pour moi, mais en tout cas, il n’y avait rien de sorcier. Et les coefficients étaient tels à l’époque que ce qui importait était de réussir l’épreuve pratique.
      Si je ne dis pas de bêtises je me suis inscrite en fin d’année vers novembre/décembre.
      Pour le matériel, le même que celui lorsque tu suis des cours en lycée. Tu trouveras des infos ici https://moncapcuisineencandidatlibre.com/lexamen-du-cap/le-materiel/

      Attention au délà du matériel il te faudra la tenue complète (pantalon pieds de poule, veste, chaussures de sécu, charlotte, foulard).

      Bon courage !
      Delphine,

  20. je relie de temps à autre votre post, il me faisait rire il y a quelques mois mais maintenant (2 semaines de l’exam) c’est tellement ça. J’ai l’opportunité de travailler en cuisine (ehpad) et c’est dur ! TRES DUR : un chef, pas le même matériel qu’à la maison, des ingrédients qui manquent (faut savoir improviser), des régimes particuliers (sans poisson, sans oeuf, les gastro…. le nettoyage, surveiller le contenu des frigos, feuilles de production/d’allergènes à remplir….. La cuisine ce n’est pas faire un plat+un dessert il y a aussi et surtout TOUT LE RESTE

    • Tu n’as vraiment pas de chance les personnes agees sont ingrates. Dans l ehpad ou je travaille, j’ai adoré la cuisine du chef qd je l’ai gouté. Et pourtant 3 fois par semaine, mes patientes me disent  » c ‘est degueulasse, il est mauvais le cuisinier  » etc… le gros pb c’est que j’ai du mal a leur fr comprendre que apres 60 ans on perd l odorat et le gout d’ou bcp d’amaigrissement chez les PA a domicile. le chef y est pour rien c’est leur corps qui les trahisse.

  21. J’ai adoré lire ce témoignage et les commentaires qui l’ont suivi. il y a qqs temps, j’avais commencé a regarder les techniques pour le CAP cuisine et j’ai trouvé cela rudement dur. C’est très loin de la cuisine de tous les jours tant le vocabulaire est different. il y a pres de 6 ans j’ai essayé de monter des blancs au fouet a la main… alors ton anecdote sur les choux j’ai vraiment compatis.
    Tu nous permets de comprendre aussi combien ca doit etre dur pour l’emission top chef d’avoir un chef ou une camera en permanence sur notre epaule. on ne peut finalement qu’admirer qu ils ne perdent pas contenance.
    Bravo pour ton 12.

  22. Bonjour Delphine ! Ici Delphine 😉 merci pour cet article (« qui vaut son pesant de gratons » comme on dit à Lyon, entendre « qui m’a beaucoup fait rire », même si j’imagine ton désarroi le jour J. Une petite question : je suis intéressée par le CAP en candidat libre mais je ne comprends pas le timing, si je m’inscris maintenant, quand le passerai-je ? Combien de temps cela t’a t’il pris et aussi as tu été obligée de faire un stage ? Merci bcp de ta réponse, Delphine

    • Il faut regarder le site de ton académie, mais pour la mienne par exemple (Nantes), les pré-inscriptions se font du 13 octobre au 17 novembre 2017. Ensuite, tu reçois une confirmation d’inscription que tu dois renvoyer avec tous les justificatifs (copie des diplômes déjà obtenus par exemple) avant le 8 décembre 2017. Enfin, les épreuves se déroulent entre fin mai et juin.

      C’est à peu près pareil tous les ans.

  23. Bonjour Delphine,
    je ne sais pas si tu suis encore cette discussion mais au cas où, je tiens à te dire que ton récit est très parlant et vivant, on s’y croirait, et me donne une idée précise de ce qui va se passer pour moi le 12 juin prochain.
    J’ai bientôt l’âge d’être à la retraite et je me demande encore ce qui m’a pris de m’inscrire à cette formation – par correspondance pour moi car je continue à faire mes 35h/semaine – car j’ai trouvé ça plutôt difficile. Point positif, j’ai pu faire un stage avec un ami qui tient un restaurant sur ma commune. A raison d’une demi-journée par semaine, cela m’a permis de me familiariser avec les techniques, les astuces, de découvrir tout ce qui gravite autour d’un piano et surtout à travailler vite et à m’organiser (mes points faibles…).
    Mes motivations sont les mêmes que les tiennes mais en plus, j »aimerais pouvoir développer une petite activité de traiteur à domicile. Pour l’instant je ne souhaite pas quitter mon travail de secrétaire qui reste une valeur sûre.
    On verra si j’obtiens le fameux diplôme…
    Merci en tout cas pour cette aventure que tu nous as fait partager.
    Bonne continuation.
    Nelly

Répondre à béa Annuler la réponse.