Mais que fait-elle ?

Mah oui c’est vrai ça à part lancer un super site qui déchire sa moman en deux, qu’est ce qu’elle fait la blonde ? Bah la blonde elle a bien cru qu’elle pourrirait à Paris 8 toute sa vie.

Si y’a bien quelque chose qu’il faudrait changer au lycée c’est la notion « d’information » sur ce qui attend les élèves après le bac. C’est à dire qu’on est proche de zéro. Et pourtant j’étais dans le meilleur lycée publique du val de marne.
Ma classe a fait 100% au bac. Bref ce n’était pas comme si on allait s’étonner de nous voir pousser le bouchon un peu plus loin…

Revenons à ma sortie du bac… Aucune idée de ce que j’allais faire, tiens la fac oui ok ça sert à rien (faut être honnête un bac +3 fac tout seul c’est pas folichon) mais c’est toujours mieux que rien ? Non ? Des fois on se le demande. Me voilà partie donc pour une licence de sociologie, les aléas de l’administration (et de l’amiante) font que je me suis retrouvée à Paris 8. Oui à St Denis, oui à 1h (quand le rer B, la ligne 14 et la ligne 13 vont bien) de chez moi. J’en ai chialé.

Mais cette année, j’ai tellement été exaspérée par P8,que je n’ai absolument pas trouvé le courage de me battre contre, de bloguer ma rage, d’hurler à tout va. Non j’ai été mise KO par l’université. Il m’aura fallu 4 ans pour obtenir ma licence. Parce que travailler et aller à l’école c’est pas facile. Que faire 3h de trajet par jour l’est encore moins, que les faire pour tomber nez à nez avec une fac en grève vous achève.

Et les grèves à P8 , j’y ai eu le droit tous les ans. Cette année étant la pire puisque je n’ai pas eu cours du second semestre. J’ai bien cru que je n’arriverais même pas à l’avoir en 4 ans. J’en ai chialé. J’en ai eu marre.

En juin on nous annonce qu’on va passer devant un mini jury qui pourra nous refiler tout au plus 30 ECTS. Déjà là je fulmine. J’ai envie d’hurler monde de merde. Car moi des crédit il m’en fallait 36 ! Et oui avoir un cours de retard ça arrive. J’avais même beaucoup plus de retard puisqu’au premier semestre il fallait prendre 6 cours j’en ai pris 9 . Au second semestre nous devions faire un mémoire j’avais donc géré pour n’avoir qu’un cours en plus de ce qui était prévu.

C’est dans mes droits jusque là tout vas bien. Sauf qu’en accordant seulement 30 crédits à tout le monde, on ferme forcément la porte à tous les autres qui n’y sont pourtant pour rien si les profs n’ont pas voulu faire classe. Est ce que c’est de ma faute si aucun de mes profs n’a assuré ses cours (je veux dire les vrais pas les ateliers où tu as envie de jeter des tomates parce que tu aimerais bien revenir à la normale) ?

Me voilà donc au mini jury où l’on m’explique que c’est good mais qu’il n’y a que mon cours d’anglais qu’on ne peux pas me donner car il ne dépend pas de leur département. Ok, je récapitule, je les fais répéter pour être sûre. Et je repars avec pour consigne que si je chope un 10 en oral d’anglais j’ai ma licence.

Je reviens ensuite avec un 14 en oral d’anglais. Et là bizarrement un coup de fil « on s’est trompé blabla ». Moi qui fêtait déjà ma licence dans ma tête j’ai franchement pété un boulon. Retour à la fac où l’on m’explique maintenant que le cours d’anglais faisait partis des 30 ECTS et que par conséquent il m’en manque toujours 6.

Là encore, attardons nous sur le coté profondément dégueulasse de la chose, le jury de socio accorde 30 crédits mais déduit ceux obtenus dans d’autres département quand bien même ça ne concerne pas les profs de sociologie qui n’étaient pas là. On se permet de dire à une étudiante « mais oui c’est bon avec ça vous avez votre licence » pour la rappeler ensuite et avoir le toupet de lui dire que « non ce n’est pas atroce comme erreur ».

Je repars donc de la fac avec l’obligation de faire un mémoire durant l’été. Oh joie quand on travaille à temps plein au mois de juillet et qu’on avait prévu un voyage de quasi un mois aux USA où il n’était pas prévu de se prendre de nouveau la tête avec la fac.

Je repasse donc au mini jury de septembre, 14 à mon mémoire, cette fois c’est bon ma licence est bouclée. C’était sans compter que mon dossier avait été perdu pour les délibérations de licence, qu’il a fallu que j’y retourne pour re remplir tout le bouzin, et que cette semaine enfin la secrétaire m’a annoncé que mon dossier était classé.

J’attends donc de pied ferme la convocation pour aller chercher mon PUTAIN de diplôme.

Paris 8 ça reste la fac où même si tu demandes une news qui prend dix minutes à écrire avec juste le nom des diplômés de septembre sur le site internet de sociologie on te répond « Nous allons peut-être mettre cela sur le site. Sinon, c’est probablement affiché en face du secrétariat de licence. ».

Probablement, tout tiens dans le probablement. J’ai reçu un mail me disant « oui oui on va les mettre en ligne », force est de constaté qu’aujourd’hui ce n’est toujours pas le cas. Les informations sont en ligne quand ça les arrange, dès que vous en loupez une « bah c’était écrit sur internet hein », dès que vous en demandez une « bah faut venir voir sur place ». Oui bien sûr, j’ai 2h à perdre pour me retrouver devant un tableau d’affichage « probablement vide » et un secrétariat « probablement » pas ouvert.

Je fais toujours des cauchemars de cette convocation en me demandant si elle finira bien par arriver. Je suis certaine d’avoir ma licence mais je ne suis jamais certaine qu’ils le sachent eux. 

Ce qui me chagrine le plus là dedans, c’est que la fac restera pour toujours un très mauvais souvenir, je ne m’y suis fait aucun amis car dès que je passais les portes la Delphine bavarde, débile et joyeuse laissait place à une neurasthénique qui faisait des dessins sur ses feuilles et qui s’endormait sur son bic.

Qu’aujourd’hui je suis incapable de me réjouir d’avoir mon bac +3, y’a rien à faire, je ne l’ai pas fêté. Et dans dix ans je ne me dirais pas « oh tu te rappelle quand on a fêté ma licence!!! ». La fac a bousillé, tout désir d’ambition qui aurait pu naître en moi, pendant 4 ans, et c’est seulement maintenant que je me prend à espérer ne pas finir caissière.

Bref… une porte se ferme, et celle-ci, ce n’est pas pour me déplaire.

8 commentaires sur “Mais que fait-elle ?

  1. Mais que fait-elle ?

    Je répondrais qu’elle avance.
    Petit à petit, elle avance.
    Malgré les bâtons dans les roues de P8, elle avance.
    Malgré les insomnies, elle avance.
    Malgré les autres trucs pas bien dans sa tête, elle avance.
    Dans la bonne direction apparemment.
    Enfin ça il n’y a qu’elle qui le sait vraiment.
    Elle grandit aussi (mais pas trop vite quand même parce que c’est nul l’âge adulte tout le monde le sait).

    Bon et puis c’est bien beau de lancer un nouveau site mais sur celui là y’a toujours le bug de quand t’es dans un article, le fond passe au dessus du logo et c’est po beau :p

  2. Vive la Fac !!
    Et après on s’étonne que les jeunes choisissent les ESC, fonf des prépas…

    Ca donne envie d’aller à la fac tout ça.
    Tiens d’ailleurs un jour ça serait bien que j’aille chercher mes diplômes…

  3. la fac de sceaux est plutot bien !!! bien situé, les gens sont cool et les locaux sont biens!!!!
    Jamais bloquée (bon certe pour le CPE il y a u des cours qui ont sautés mais sans conséquences!)
    j’en suis très contente

  4. Y a pas que la fac qui te dégoute des études, y a aussi la vie active.
    « on peut pas vous embaucher, vous êtes trop qualifiés » (lol)
    « on préfèrerai quelqu’un sans expérience pour pouvoir le former » (olol)
    « vous avez travailler 1 an dans un domaine différent, vous n’êtes plus à la page, il vous faudrait suivre une mise à niveau » (lulz)
    « on demande quelqu’un de – de 25 ans avec bac +3 et 4 ans d’XP » (mélol)
    Etc etc….
    Résultat aujourd’hui, j’ai un bac +3 dans un domaine dans lequel je ne travaillerai plus jamais, et je bosse dans un truc ou je me suis autoformé sur le tas pour être au même niveau que des Bac +2 dans ce domaine.

    Donc avec le recul, si j’avais su, j’aurai fait un CAP plomberie ou électricité, ils ont toujours du taf, et gagne sûrement mieux leur vie que moi.

Donnez votre avis, même s'il est différent du mien ;)