Mariage: Google Drive save my life

Si vous n’êtes traditionnellement pas une reine de l’organisation et que votre mariage s’est déroulé comme du papier à musique sans wedding planner, je vous tire mon chapeau. J’ai évoqué un temps l’idée de faire appel à un wedding planner avec le Jules. Pas pour la décoration, pas pour trouver les prestataires, juste pour totalement me décharger le jour J et ne faire peser sur personne la gestion de la journée, ni sur mes amies, ni sur nos familles.

friends2

Au final, il a fallu se résoudre à l’évidence, on avait pas le budget. Il aurait fallu sacrifier un poste, et c’était impossible, il fallait se remonter les manches. Moi qui déteste demander quoi que ce soit, à qui que ce soit, il m’a fallu faire appel à ma team de témouines et demoiselles d’honneur de choc le jour J. Et très sincèrement… elles ont fucking géré !

J’adore organiser, classer, ranger. Monica ? C’est moi. Et pourtant, un mariage ça vous mets tout sans dessus dessous. 150 personnes qui débarquent pour vous, ça fait un sacré bordel à gérer !

J’ai créé un dossier sur drive (Google) qui m’a permis de faire:

– des listes à rallonges

– de classer les prestataires

– de faire des to do

– d’avoir un excel sur le budget et de savoir où on en était, ce qu’il restait à payer, et quand

– d’avoir toutes les adresses des invités avec leurs réponses à l’invitation, les ages des enfants…

– tous les pdf des prestats, les devis, les menus etc

– un planning du Jour J et de la veille, avec les missions de chacun

L’avantage du drive c’est que je pouvais le consulter de partout (maison, bureau, vacances, ordi, téléphone…), et surtout que Julien pouvait également y jeter un oeil.

J’ai également réalisé un ppt de la décoration que je voulais avec à chaque fois le matériel et les éléments dont on avait besoin. Ainsi, il restait « plus qu’à » faire les achats et faire des DIY.

Avant le jour J

Julien et moi avons tout géré nous même. Au risque parfois d’être totalement à la bourre. On voulait absolument faire ce qu’on aimait. Ce qu’on voulait. Comme on le voulait. On a eu des désaccords entre nous, mais au final, juste le temps de chacun s’affirmer, le lendemain on trouvait un compromis. Ou pas, mais on tombait d’accord.

Encore fallait-il mettre en oeuvre nos envies. Pour les prestataires, ce fut assez rapide. Pour la déco, j’ai parfois été bien trop zen. Si j’ai plutôt bien géré les achats, on a rien oublié in fine, j’ai quand même fait un truc super stupide pour une Monica. J’avais repéré des chemins de table en toile de jute dans une boutique au moins d’août. Ne sachant pas encore combien je devais en acheter, j’ai repoussé à la semaine précédent le mariage. C’est ballot, ils en avaient plus… Est-ce que j’ai pleuré ? Point du tout, j’étais tellement sur le uque, que je me suis plutôt dit « bon qu’est-ce qu’on fait il nous reste 3 jours ». 10 minutes après on était chez Ikea, on achetait des nappes en lin pour les découper en chemin de table. L’une de mes témouines et sa moitié se sont coltinés l’atelier découpage la veille du mariage et ça nous as fort bien sauvé.

Je ne sais même pas comment j’ai pu laisser un truc pareil couler comme ça. Pas moi, pas la folle de l’orga. Bah si. Et sans stress mais alors aucun.

Le jour J

J’avais prévu un planning of course. La veille du mariage on a installé la salle avec quelques amis et toujours mes témouines et demoiselles de choc. On a certes pas terminé tôt, mais enfin on a plutôt bien géré quand même. On savait qu’il resterait quelques trucs à faire le lendemain car impossible à faire la veille (gonfler les ballons à l’hélium, mettre les fleurs sur les tables, installer les bouquets dans l’Eglise). Mes nombreuses listes et ppt n’ont pas été inutiles, ils nous ont permis d’installer les choses comme on le voulait et de pouvoir déléguer sans soucis. On remerciera jamais assez ceux qui nous ont aidé à réaliser nos rêves ce jour là.

Concernant le timing, bien sûr on a été en retard, comme tout le monde. Le dîner qui devait commencer à 20h a été décalé à 21h30. Mais sans que personne ne se fasse chier pour autant, au contraire même, on s’est un peu trop amusé pour être à l’heure à table. Le traiteur a géré parfaitement, d’autant que dès 17h on l’avait prévenu du retard.

Le Brunch

Là j’avoue on a un peu installé les choses à l’arrache( ma notion de l’arrache et celle du commun des mortels diffère…) alors que j’avais plein de décorations prévues pour. Des petites étiquettes choupies et tout. Mais franchement ? Je m’en foutais royale. J’étais crevée, mon équipe de choc était crevée, on savait avec Julien qu’on avait bien 3h de rangement derrière alors on a fait au plus simple. Mais au final, who cares ?

Tout ça pour dire qu’à part deux/trois étourderies dont les invités n’ont pas idée, ces derniers ont souligné avec bonheur à quel point notre mariage avait bien été organisé. Que notre site internet avec toutes les infos, notamment sur les hébergements, avait été apprécié. Que toute la journée avait été fluide, sans temps mort, et qu’il n’y avait qu’à se laisser porter. Que nos amis étaient formidables. Pas un faux pas, et honnêtement c’est aussi ce qu’on a ressenti avec Julien. On a aucun regret, on a l’impression que tout ce qu’on voulait faire, on l’a réalisé.

Au final, une wedding planner ne m’aurait pas été utile. Je pense que ça dépend du caractère des gens, de leur envie d’avoir à organiser les choses et de leur capital créativité.

Mais surtout ça dépendra aussi de leur entourage 😉

4 commentaires sur “Mariage: Google Drive save my life

Donnez votre avis, même s'il est différent du mien ;)