Quand Sylvie Ohayon révèle Doria Achour et Soumaye Bocoum

Un film qu’il est frais, touchant et qu’il fait du bien. Voilà s’il fallait résumer en quelques mots « Papa was not a rolling stone » c’est ce que je dirais. Je n’aime pas trop regarder les bandes annonces avant d’aller en projo presse. Je n’aime pas trop lire les synopsis non plus. Donc je survole, les deux. Du coup je suis souvent assez surprise, je découvre des films plein d’humour quand je pense voir un drame et inversement. C’était le cas par exemple pour « Intouchables », pas vu la bande annonce, ni lu le pitch. Dès les 5 première minutes je pensais qu’ils allaient crever dans un accident de voiture. Que c’est délicieux d’être surprise comme ça.

Papa was not a rolling stone

« Papa was not a rolling stone » fait partie de ses surprises agréables. De ces films dont vous voyez les défauts et c’est tant mieux. L’histoire de Sylvie Ohayon est un gros MERDE envoyé à l’habitus de classe de Bourdieu. Un brin édulcorée dans le film,de son propre aveu Sylvie Ohayon n’a pas tout dit, son histoire n’en est pas moins violente, brute. Avant d’être un film, « Papa was not a rolling stone », c’est le livre de sa vie. Je ne veux pas vous raconter le film, je préfère que vous ayez comme moi, la surprise. Mais sachez qu’en sortant de la salle, si vous voulez savoir la suite, il vous faudra lire « Les bourgeoises »que je vais foncer acheter pour ma part.

« Papa was not a rolling stone » c’est donc un film plutôt drôle avec un fond grave, emmené par deux comédiennes géniales. Gros coup de coeur pour Soumaye Bocoum qui est géniale, solaire. Pour la collègue qui m’accompagnait, c’est bien simple elle sera nommé en espoir aux Césars ! J’espère la revoir au cinéma très vite. Doria Achour qui joue le rôle de Sylvie Ohayon est bien sûr tout aussi impressionnante. A noter : l’intrigue du film se situe au milieu des années 80 et là je dis bravo pour les décors et les costumes. On a franchement l’impression d’y être encore. Du sac Prisunic aux vielles doudounes sans manches.

Bref, le 8 octobre le film sort en salles, et vous l’aurez compris il faut aller le voir.

Pour ceux qui, contrairement à moi, aime voir les bandes annonces

Dans les années 80, Stéphanie grandit à La Courneuve auprès d’une mère absente et d’un beau-père brutal. Très vite, elle décide de se sortir de son quotidien morose. Grâce à l’amour de sa grand-mère, à ses lectures, sa passion pour la danse et pour Jean-Jacques Goldman, elle se débat dans cette cité colorée où l’amitié est primordiale. Un jour, elle le sait, Stéphanie quittera la cité pour mener la vie dont elle a toujours rêvé. Le film raconte l’histoire de cet envol.
Un film inspiré du livre autobiographique de la réalisatrice

3 commentaires sur “Quand Sylvie Ohayon révèle Doria Achour et Soumaye Bocoum

    • Le livre de Papa was not a Rolling stone a été couronné par le Prix de la Closerie des Lilas, le film sera un très grand succès.